Architecture / Urbanisme

Ariella Masboungi (sous la direction de)

L’urbanisme des milieux vivants

Agence TER, Grand Prix de l’urbanisme 2018

 

Collection : Projet urbain
16 × 24,5 cm, 176 p., 152 illustrations en couleur, 2018.
ISBN 978-2-86364-218-4
Prix : 16 €

  • Imprimer la fiche
  • Un extrait 

Dans un contexte global marqué par le réchauffement climatique et les problématiques environnementales, le Grand Prix de l’urbanisme 2018 a été décerné à un collectif de paysagistes dont les projets mettent, invariablement, la nature au centre : l’Agence TER.
Travaillant en amont des projets d’urbanisme, leurs interventions, connues dans plusieurs parties du monde pour s’inscrire dans le temps long, ont toutes en commun de participer à la conception d’un « urbanisme des milieux vivants ». Pour Henri Bava, Michel Hössler et Olivier Philippe, les trois fondateurs de TER désormais à la tête d’une soixantaine de professionnels, le processus inéluctable de métropolisation doit s’accompagner d’une action paysagère et architecturale vertueuse, respectueuse, en chaque lieu, des héritages, des hommes et de la nature qui les entoure.
En ville, l’Agence TER végétalise, conçoit des places-parcs, invente de nouvelles spatialités ; à l’échelle des grands territoires, elle cherche à neutraliser les effets délétères de l’étalement urbain par une attention accrue à la préservation de la qualité des sols, de l’air, de l’eau, et au maintien des activités agricoles.
Autant de façons de créer ou recréer des liens entre la ville et les milieux vivants ; et de donner la voix au paysage afin de répondre aux urgences d’une époque.
Trois autres personnalités ont été saluées par cette session du Grand Prix de l’urbanisme : Patrick Bouchain, architecte qui a su reconvertir les délaissés urbains et qui a initié l’urbanisme transitoire ; François Leclercq, architecte et urbaniste qui œuvre au réinvestissement des infrastructures et à la revitalisation des rez-de-chaussée ; et Jacqueline Osty, paysagiste deux fois lauréate du Grand Prix national du paysage, dont l’approche sensible est sous-tendue par une grande habileté spatiale.